17/02/2008

Premiers flirts: DAFT PUNK, Homework

 

Autant vous prévenir tout de suite: Daft Punk, j'avais lâché l'affaire depuis longtemps. Depuis, en fait, qu'ils s'étaient acheté ces casques à la con hyper-chers et qu'ils avaient décidé de les rentabiliser à fond. Encore maintenant, je suis prise d'une vilaine remontée acide dès que j'entends les premiers accords de l'épouvantable « One More Time », avec son clip spécial années Club Dorothée, réalisé – je le rappelle pour ceux qui avaient échappé à la propagande à l'époque – par le créateur d'Albator.

Mutin de perte, qu'est-ce qu'ils nous avaient broutés, les médias frrrrranco-frrrrrrançais à l'époque, comme quoi c'était génnnial, super, décalé, trop de la balle la nostalgie de l'enfance perdue – et puis y sont frrrrançais, les gars, rien que pour ça faut en être fier et les aimer! (Alors que tous les fans de japanimation révéraient encore ce clip de Ken Ishii, nettement plus malsain et bien moins neuneu: )

 

 

Et puis il y eut « Robot Rock », et son riff indigent de 2 mesures (« Rock, tananin nanin, Ro-Bot-Rock, tananin nanin nanin... »), répété à l'envi pendant 3 minutes. 3 minutes. Dire qu'il y a des lieder de Schubert et des sonates de Scarlatti qui durent moins longtemps. Misère.

Mais bon. En 1996, les Daft Punk sortaient leur premier album, Homework. Versailles était la capitale du monde, la French Touch ravageait tout sur son passage, les artistes ainsi dénommés sortaient des clips surréels qui détonnaient parmi les productions bimboesques habituelles. Moi j'étais mineure et naïve, et je trouvais les Daft Punk géniaux. Ils cachaient déjà leurs têtes sur les photos, mais de manière beaucoup plus créative (maquillage, effets graphiques, etc.). Leurs clips étaient réalisés par des gars qui avaient un style (Michel Gondry, Spike Jonze, Roman Coppola). Leurs riffs duraient 4 mesures, il y en avait plusieurs par chanson, et en plus ils étaient entrelacés de manière astucieuse. Sans compter que, pour remuer son popotin, c'était vraiment extra – et Dieu sait combien de disques dûment estampillés Dance Music peinent à me faire hausser ne fût-ce qu'une épaule.

Ah, comme j'étais jeune et enthousiaste. Et fauchée aussi. Faute de pouvoir m'acheter le disque, je l'avais emprunté au Discobus et je l'avais mis sur cassette. Je trouvais l'album extraordinaire, il me semblait que chaque plage avait une couleur différente, et on sentait que ces gars-là avaient dans leur bagage de solides influences – ils étaient d'ailleurs tellement culottés qu'ils listaient celles-ci sur le morceau « Teachers ».

Mais tout passe tout lasse tout casse. Dans les années qui suivirent, tout le monde se mit à la house filtrée et au vocoder. Même Madonna et Cher – et peut-être même Frank Michaël, aussi, mais ça je suis moins sûre. Mon lecteur cassette tomba en rade. J'acquis, en même temps qu'une petite culture musicale, un certain sens critique. Et puis Daft Punk sortit « One More Time », et la rupture fut consommée.

L'eau continua à couler sous les ponts. Je me mis à admettre en mon for (Alamo) intérieur que, si « One More Time » et « Robot Rock » m'insupportaient, il n'en était pas de même pour « Technologic » et « Harder Better Faster Stronger »: à chaque fois que ceux-ci passaient à la radio, je ne pouvais m'empêcher de remuer le menton, puis les épaules. L'étape suivante serait le popotin, je devais bien le reconnaître.

Alors, je me souvins avec nostalgie de l'époque où je devenais dingue dès les premières notes de « Da Funk », et je demandai à Ddou de me commander Homework, en souvenir du bon vieux temps.

Il me l'a ramené la semaine passée.

Alors? Que reste-t-il de nos amours?

On en cause demain, promis.

16:10 Écrit par Wini dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : electro, musique |  Facebook |

Commentaires

Hey. Autant te l'avouer tout de suite, y'a pas énormément de blog sur lesquels j'arrive à lire de long articles dans leur entièreté. Chez toi, ça passe tout seul :o) Félicitations!

La suite, la suite, la suite!!!

PS: je vois que ton compteur augmente beaucoup aussi. Alors je dois dire Merci Skynet pour finir des compteurs fous ou bien joué à toi, ça marche plutot pas mal. Les deux je pense :)

Écrit par : ToX | 17/02/2008

Les commentaires sont fermés.