06/04/2008

Winipedia: Hard-Fi III (The West is the Best)

Attention, parental advisory, pericoloso sporgersi etc.: ce poste vole à une altitude que les manuels de géographie attribuent généralement aux polders. Je vous ai habitués à mieux, je sais. Vous pouvez toujours aller voir là en attendant le prochain épisode, si le coeur vous en dit.

Bon, la dernière fois que j'ai causé Hard-Fi, c'était pour dire que leurs paroles ne cassaient pas trois pattes à un canard (tant mieux, j'aime pas qu'on fasse mal à ces pauvres bêtes).Bon, rien de tel qu'une petite analyse textuelle pour confirmer mes propos.

Tiens, par exemple, ces quelques vers traduits extraits de « Gotta Reason ».

« Hung around here long enough / Seen the smooth, but only caught the rough / I've got no reason. »

Bon, j'introduis ça dans le traducteur Gogueûle, ce qui nous donne: « Y'a vraiment que des boudins par ici, dire que pendant ce temps-là cette raclure de Pete Doherty se tape Kate Moss, ça me dégoûte ». Oui, la traduction Gogueûle est toujours un peu approximative. Bah, tant qu'à faire, autant que ce soit moi qui continue.

« Disco on the radio / I ain't got no place to go / I got no reason. »

Là, pas besoin de savoir lire Shakespeare dans le texte pour comprendre que sur Radjo Kontak' Staines il ne passent que MPokora et 2Fabiola, et que Richard, coincé dans son appart' pourrave, se fait ch*** comme un ragondin mort devant une émission d'Edmond Blattchen. Jusqu'ici, rien de très joyeux, et Richard songe sérieusement à acquérir une recharge de gaz à briquets chez le Paki du coin, quand, hop, tout à coup il se souvient:

« But wait, see the new girl in town / Maybe I can show you round... »

Traduction: « Tedjeû, j'oubliais, y'a une top-biche qui vient de débarquer, je vais emprunter la Polo tunée à Liam pour l'emmener faire un tour, ça peut le faire. » Et le bougre d'enchaîner immédiatement:

« Oh baby, let's generate some heat... »

Parenthèse. Mettons-nous d'accord: si je ne partageais pas la vie de Ghislain, qui est un garçon charmant, intelligent, cultivé et par-dessus tout en train de lire par-dessus mon épaule, je n'hésiterais pas une seconde à générer un peu de chaleur avec Richard – bien que je trouve ça quand même un peu cash comme approche. Mais bon, Richard c'est Richard hein, avec des yeux pareils, il peut se permettre de brûler allègrement les étapes, pas besoin d'emmener Madeleine manger une frite chez Eugène avant d'aller au cinéma. 

« Hey hey baby you knock me out / make me want to scream and shout / I've got a reason. »

Traduction: shebam, pow, plop, wizzzzzz, ça distribue les swings et les uppercuts dans le sl*ip à Richard la jeune fille ressemble à Scarlett Johansson et Richard est heureux.

« You can make it all worth while / I like your face girl I like your style / You've gotta reason. »

Traduction: Richard a quand même un minimum d'éducation, ce qui l'empêche de balancer direct à la demoiselle: « Tedjeû, Cindy, t'es mégabonne, j'te mettrais bien aut'chose que ton âge. »

« Yeah you look so good / I wanna eat you up like food... »

Traduction: « Cindy, je veux te bouffer comme si t'étais un Numéro Trois Burger de chez Couic ». (Et là, moi je réponds: « Oooh Richard, now we're talking ».)

« Got to get my hair just right / Gonna make my move tonight / I've gotta reason. »

Alors, là, Richard, je me permets un conseil: pour te coiffer, évite la cire Frühktis, ça pue l'ananas que c'en est écoeurant, et pas au sens québecois du terme, permets-moi de te le dire.

Et en plus ça colle.

Allez, pour vous remercier d'être restés jusqu'au bout, voilà une petite vidéo avec la chanson susnommée.

(Richard, tu va me les montrer tes yeux, coyote!) 

Allez, là-dessus, je m'en vais écouter « Sans toi ma mie » de Salvatore Adamo, ça me remettra les idées en place.

(PS: ça se voit tant que ça, que je n'ai pas fait mes études à la Vierge Fidèle?)

16:58 Écrit par Wini dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hard-fi, pop |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.