10/05/2008

Agathe Zeblouse, parte tou

Marre de ne pas bloguer...

Ca me manque...

En plus j'ai pas le moral, étant donné que je vais perdre une partie de mon boulot à la rentrée. Bon, je sais bien que je vais probablement en retrouver sans trop de problèmes (y'a une légère pénurie dans mon secteur, y'a bon Banania), mais là, pour le moment, j'en suis juste à maudire la terre entière, et plus particulièrement la pétasse la collègue plus âgée qui a décidé de jouer à « pousse-toi de là que je m'y mette ». C'est comme ça, c'est son droit, la législation dans notre domaine est ainsi faite: elle est plus ancienne que moi et elle est nommée, elle a donc le droit de réclamer les heures de travail qui sont occupées par mézigue pour le moment. C'est comme ça, ce sont les règles du jeu, je cherche pas à les contester; peut-être que moi-même un jour j'en profiterai... Peut-être... Hein... Dans quelques décennies, si tout va bien... L'espoir fait vivre...

En attendant, il va falloir laisser 2 ans de boulot au bord du chemin, et tout recommencer ailleurs. Mais bon, comme le disait une grande philosophe française du 21ème siècle: « La vie, l'amour sont précaires, pourquoi le travail ne le serait-il pas? » Hein, c'est vrai ça, pourquoi ne le serait-il pas? Peut-être parce que c'est plus confort d'être patronne du Medef que d'être prof de musique en Communauté française de Wallonie romane de Belgique francophone... (Et je plagie Geluck SI JE VEUX, viens pas la ramener sinon je vais vraiment m'égnerver. Gnnnnnn.)

Voilà, désolée de plomber l'ambiance. Rassurez-vous, je sais bien que, comme le chantait Léonie Cooremans: « Ca ira mieux demain »... Mais, en attendant, ça me reste en travers de la gorge.

Et puis j'ai un concert de Dionysos à vous raconter, avec plein de morceaux de gros lourds qui crient « BABET' À POIL!!!!! » dedans. Grâce à Wini vous saurez tout ce que le micro-reportage de la RTBF vous a caché. Je vous vois déjà saliver, bande de galopins.

Rendez-vous demain, ou alors après (mais PAS plus tard, promis, sinon mes soupapes vont péter!!!)

23:33 Écrit par Wini dans Humeurs | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : cafard |  Facebook |

Commentaires

Je savais bien que tu jouais de l'accordéon Pardi. Courage, pigne un peu, et dans trois jours c'est reparti. C'est un peu pour tout le monde pareil dans ces cas-là. C'est pas drôle.

Écrit par : Bernie | 12/05/2008

Ouh... Je sens la provocation gratuite...
Mais je suis bien au-dessus de tout ça.
Alors, NON, Bernie, tu ne me feras pas dire du mal de l'accordéon. L'accordéon ce n'est pas qu'Yvette Horner ou la-Chanson-française-la-Chance-aux-Français (salut à toi, Pascal, même si tu avais un peu d'eau dans la tête vers la fin). Entre le new musette de Richard Galliano, les djeunes qui reprennent Piazzolla, et le prog d'Alec K. Redfearn, y'a de quoi faire.
Cela dit, je ne suis pas prof d'accordéon, mais j'ai une copine qui (celle qui a failli se faire virer, soit dit en passant). Try it again...

Écrit par : Wini | 12/05/2008

Ben moi, ce WE, j'ai retrouvé ma flûte à bec de quand j'étais à l'école et que j'avais des cours de musique (genre première/deuxième secondaires, tu vois). Ah ben ça m'a fait tout drôle. Yep!

Écrit par : Françoise | 13/05/2008

Je réitère ce que j'ai déjà dit ailleurs: la flûte à bec est une invention du Diable...
Dire que j'ai dû apprendre à en jouer pendant mes études... De la soprano ET de l'alto, en plus...
Une fois, j'ai fait un intérim dans une académie où j'ai dû faire jouer de la flûte à bec à une vingtaine de jeunes n'enfants en même temps.
C'est une expérience.
Mes capacités auditives n'en ont même pas été altérées.
Je n'en reviens toujours pas.

Écrit par : Wini | 13/05/2008

Je n'ai qu'un mot à dire: oufti! ;-)

Écrit par : Françoise | 13/05/2008

Les commentaires sont fermés.