19/09/2008

Toutes les femmes sont bêêêlles

Septembre est là. La date officielle de la rentrée est passée, je recommence le travail (car oui, j'ai du boulot, c'est formidable). C'est fini les vacances...

Je dois dire que c'est un immense soulagement.

Je n'en pouvais plus de tant d'indolence.

Non mais, j'étais dans un tel état d'apathie que je finissais par comprendre nos chers élus. Franchement, c'est vrai, moins t'en fais, moins t'as envie d'en faire.

  • Allô, Madame la Ministre, y'a encore des sans-papiers qui montent sur des grues à Bruxelles, n'y a-t-il pas quelque chose que nous puissions faire?

  • Bin kwa? C'est pour ça que tu me déranges? Kesstuveux que je fasse? Aller les dépendre moi-même? On peut pas appeler les pompiers pour ça? Allez, rappelle-moi s'il y a vraiment quelque chose de grave. Garçooon! Veuillez renvoyer ce Bolgheri en cuisines, il est bouchonné.

Dans mon cas, le fond a été atteint le dernier week-end d'août. Après une semaine pendant laquelle Ghislain a tenté de me sortir de ma léthargie en organisant un grand jeu de « Retapissons une fois notre bureau », est arrivé un samedi à occuper Attila-le-neveu à grand coups de « Toto l'Ornithorynque » et de « Grosse Légume » pendant que son père (mon beau-frère, donc) rebouchait, avec son frère (Ghislain, c'était juste pour voir si on suivait toujours), le trou que des guêpes avaient creusé dans le mur de derrière. (Rassurez-vous, les guêpes avaient été tuées quelques jours auparavant par un gars du métier qui, pour ce faire, nous a ponctionnés de 65 euros, mais avec le sourire, ce qui est quand même bien plus sympathique).

Jusque là, rien de bien terrible.

Mais je ne suis pas encore arrivé au bout du samedi.

Car c'est en plein milieu de l'après-midi que mon beau-frère (appelons-le Marc-Dylan, ce sera plus simple) nous a lancé:

M-D: Tiens, ça vous dit d'aller à Perwez ce soir? C'est Anouchka qui m'a invité, y'a le Beau Vélo de Ravel qui passe, y'a un concert de Frank Michaël, ça peut être drôle...

G: Ca te dit chouchou?

Que voulais-tu que je fasse? Briser cet élan de solidarité fraternelle? Arguer que non, pas ce soir, j'ai Nouvelle Vague Japonaise à l'Arenberg? Tirer la gueule en laissant croire que je m'étais exténuée à jouer avec Attila aux dinosaures Plémobile (surtout le T-rex, il est terrible, il a la langue qui sort)? Jouer à l'asociale en m'enfermant dans le salon avec l'intégrale dévédé de Sex and the City et une bouteille de Coin*treau, en lançant: « Mon lapin, tu sais que je t'adore, mais ne m'appelle plus jamais chouchou devant ton frère »?

Tu me connais, tout ça, ce n'est pas mon style.

Résultat, fin d'après-midi, nous nous sommes retrouvés, Ghislain, Attila et votre serviteuse, dans le tout nouveau bolide de course familial de Marc-Dylan, lancés à 150 à l'heure vers Anouchka, Perwez et la fête de clôture du rallye des amis de la pédale.

Malgré la vitesse hautement inappropriée adoptée par mon beau-frère (c'est du moins mon avis subjectif à moi que j'ai, mais personne ne me l'a demandé, tant pis), nous avons réussi à rater le début des réjouissances, et donc à échapper au concert de Saint-André (mais si, tu vois, Saint-André, le petit groupe qui monte, avec son jeune chanteur d'origine corse dont la voix me fait furieusement penser au vieux Rowenta de ma mère – celui qui n'aspirait plus rien parce que le tuyau avait des fuites).

Par contre, nous étions largement à l'avance pour la prestation de Pierre Theunis. Lecteur non-wallon qui me lis, tu ne connais sans doute pas Pierre Theunis. Vas-y donc voir ici, ici ou encore , histoire de faire connaissance avec ce large pan de patrimoine liégeois.

Je sais, c'est un peu rude quand on n'a pas l'habitude. Oui, moi, ça va, j'ai grandi du côté de Liège, je suis immunisée. Mais Ghislain et Marc-Dylan, eux, ils viennent de Bruxelles, donc ils pouffaient un peu sans être trop à leur aise (surtout mon beauf' qui a fait le collège le plus piout-piout de la capitale). Donc, on s'est vite dirigé vers la buvette, où – bonne nouvelle – la bière spéciale était servie au même prix que l'eau plate.

On commençait donc à trouver que Perwez ressemblait quand même vachement au paradis sur terre, quand le soleil a commencé à se coucher, et que Frank Michaël est arrivé...

La cuite suite au prochain numéro.


Des fois que tu ne connaîtrais pas Saint-André, ne te sens surtout pas obligé de cliquer sur "play"...

NE CLIQUE PAS, JE TE DIS!

(Trop tard, je t'aurai prévenu...)

Commentaires

Toi aller voir Franck Michael????? T'es vraiment de bonne composition. Je croyais que l'amour ça rendait aveugle, pas sourd.

Écrit par : Bernie | 20/09/2008

Toi, retourne manger ton saucisson séché en penderie... T'as sans doute jamais été dans une soirée bourrine "juste pour l'ambiance et la bière", mmmh?

Écrit par : Wini | 21/09/2008

Moi, du moment qu'il y a des chopes et des pains-saucisses, je signe. Et puis, quand même, une soirée FRANCK MICHAEL !!! (ceci dit, à chaque fois que j'entends parler de lui, je dois me rappeler que non, il n'était pas mort...)

Écrit par : Françoise | 22/09/2008

Les pains-saucisses arrivent dans le deuxième épisode... (Tout comme la preuve de l'existence de Franck Michaël, d'ailleurs...)

Écrit par : Wini | 22/09/2008

Je n'ai pas cliqué.

Écrit par : ninon | 23/09/2008

Ce que j'aime, chez toi, c'est que je rigole presque autant à la lecture de tes billets qu'à celle des commentaires qui y sont laissés. Que du bon, par ici !

Écrit par : DdM | 23/09/2008

Bé...Je connaissais pas moi...

Écrit par : Amelie / Ces petits riens parisiens | 25/09/2008

@Ninon: T'as raison ! Faut pas !

@DdM: Que crois-tu, le cleube des Lecteurs de Wini trie ses membres sur le volet...
(Si toi aussi, lecteur passager, tu veux [i] en être [/i], lâche ton com'. Les traits d'esprit et les jeux de mots foireux sont hautement recommandés...)

@Amelie: Bon, ben, tu connais maintenant. (Si ça peut te rassurer, Saint-André n'a pas fait que la reprise lénifiante et dépourvue d'humour que j'ai glissée en vidéo. Ils ont aussi des chansons lénifiantes et dépourvues d'humour qu'ils ont composées eux-mêmes. ;)

Écrit par : Wini | 25/09/2008

Les commentaires sont fermés.